Présenté par Nikon   -   Home

L'aventure de la photographie selon Thomas De Craene

"Thomas De Craene tient sa passion du voyage de ses parents"

Chaque année, la famille explorait une région d'Europe en caravane. Aujourd'hui, Thomas (19 ans) choisit lui-même ses destinations de voyage. Il a mis à profit le peu de temps libre dont il dispose (la première année à l'université n’est pas une mince affaire) pour organiser des escapades dans les Ardennes et en Hongrie. Quelques amis étaient de la partie, de même que le nouvel hybride Nikon Z50. Ce fut le coup de foudre.

Thomas De Craene a la passion du voyage dans le sang, tout comme la fascination de la nature et des paysages. La photographie a découlé logiquement de ces intérêts. « Avec mon smartphone et le vieil appareil photo compact Nikon de mes parents, j'immortalisais les beaux endroits par lesquels nous passions. À 16 ans, j'ai acheté mon premier reflex, un Nikon D3200, rapidement suivi par le Nikon D7200. J’y ajoute un zoom d'entrée de gamme 18 - 105 mm ou un 50 mm 1.8 à grande ouverture. »

Thomas

Loin de la civilisation

En septembre dernier, Thomas a glissé ce matériel dans son sac à dos, direction la Suisse. Avec deux amis, il a passé 10 jours à faire de la randonnée et de l'escalade dans les montagnes du massif de l'Alpstein. « La météo a été exécrable, mais nous avons pris du bon temps. Nous avons préparé notre popote, dormi sous tente et pris une ribambelle de photos, sans rencontrer âme qui vive. C'était la première fois que je me retrouvais aussi longtemps en pleine nature, loin de tout et de tout le monde. C'était magique... »

Thomas a publié ses photos de montagnes suisses sur Instagram, comme d'habitude. La petite troupe a dû attendre de revenir dans la vallée et retrouver la civilisation pour réaccéder à une connexion Wi-Fi. Résultat : une avalanche de réactions et de J'aime, et un message de la part de Nikon, qui invitait Thomas à essayer le nouveau Z50. C'est une proposition qui ne se refuse pas ! Seule ombre au tableau : trouver du temps. « Je suis en première année de bachelier pour devenir enseignant. J'y consacre l’essentiel de mes journées. Je n'ai donc pu tester le Z50 qu’à deux occasions : lors d'une escapade dans les Ardennes au congé de Toussaint et en Hongrie au congé du premier quadri. »

Smoke on the water

Jeune photographe autodidacte, Thomas n’hésite pas à régler son appareil photo en automatique. À d'autres occasions, il réfléchit attentivement à ses réglages. « Cela dépend des circonstances. Si je campe en bordure d'un lac dans une forêt ardennaise, je sais que je peux m'attendre à une lumière feutrée et à un peu de brouillard au-dessus de l'eau tôt le matin. Dans ce cas, je prends la peine de tout régler manuellement. Mais si je fais de l’escalade en rappel à flanc de montagne, il faut être rapide. Je me fie alors au mode automatique. Ce qu'il y a de bien avec le Nikon, c’est que le résultat est toujours excellent. Le Z50 n’échappe pas à la règle. Il est incroyablement léger et compact, tout en ayant la solidité et la qualité d'un reflex. »

Pour la photo de la cascade, il a fallu tâtonner un peu avant de trouver le meilleur effet de fumée et le bon réglage. « Dans ce cas précis, je voulais que ma vitesse d'obturation soit suffisamment longue pour créer du mouvement sur l'eau. Normalement, j'utilise des filtres sur mes objectifs pour atténuer la lumière du jour et éviter la surexposition. Ces filtres ne s'adaptent qu'aux objectifs de mon reflex, mais ne sont pas compatibles avec la monture du Z50, qui est plus large. Le problème a été résolu par l'adaptateur pour monture FTZ. Très pratique. »

filler image
Thomas

A la lumière du petit matin

Le voyage en Hongrie était une première pour Thomas. Il allait avoir l’occasion de tester le Z50 en ville. Deuxième défi à relever : la présence de compagnons de voyage avides de plonger dans la vie nocturne de Budapest. « Nous avons fait la fiesta deux nuits d'affilée. La troisième nuit, nous nous sommes couchés à 1 heure du mat’, car le matin, nous devions prendre le bus pour Bratislava. Je me suis levé vers 4h30 pour aller marcher en ville, seul. » Thomas tenait à photographier le premier endroit dans l'obscurité : le bâtiment du Parlement magnifiquement mis en lumière et son reflet dans les eaux du Danube. Le Z50 a une fois de plus montré ses atouts. « L'autofocus fonctionne admirablement bien, même dans des conditions de très faible luminosité. J'ai augmenté un peu l'ISO, pour que les étoiles soient également visibles. Et grâce à un petit trépied, je n'ai pas dû me soucier de la longueur de la vitesse d'obturation. Toutes les conditions étaient réunies. »

Ensuite, il a fallu mettre le turbo pour atteindre le point culminant de la ville dès les premières lueurs du jour et avoir une vue imprenable sur le célèbre pont suspendu qui relie les deux parties de la ville, Buda et Pest. « Tout là-haut, j'ai tourné aussi des vidéos 4K/UHD en time-lapse. Pour l’effet d'accéléré aussi, le Z50 est génial. Il suffit de chipoter un peu pour piger le fonctionnement du programme, puis il s’occupe de tout. Chez Nikon, tout est très intuitif. On peut s'immerger dans l'expérience et raconter une histoire. Avec un peu de compétences techniques, les images suivront presque automatiquement. »

Thomas à propos du Nikon Z50


Les atouts selon  THOMAS

● « L'autofocus réagit au quart de tour, même dans de mauvaises conditions d'éclairage. »
● « La vidéo 4K est au top. C’est une révolution par rapport à mon appareil photo reflex. »
● « Normalement, je trimballe 5 kilos de matériel photo. Le Z50 est un poids plume, même avec les objectifs. Cela fait une énorme différence pour les longues sorties en pleine nature. »
● « Le viseur électronique est pratique, mais il m'a fallu un peu de temps pour m'y habituer. »
● « Comme objectif standard, j'utilise le Nikkor Z DX 16-50 mm compatible. Pour la vidéo, je préfère le Nikkor Z DX 50-250 mm. »
● « Grâce à l'adaptateur FTZ, je peux aussi utiliser mes anciens objectifs et filtres Nikon sur le Z50. C’est utile si on veut opter pour une vitesse d'obturation plus longue en plein jour. »
● « Le rapport qualité-prix est super. Le full frame ? J'ai un job étudiant chez bpost et je voyage bon marché, mais je ne peux pas encore me permettre de matériel plus cher pour l'instant. Je ne pense pas que ce soit non plus nécessaire. Peut-être après mes études, si je veux vraiment poursuivre l'aventure de chasseur d'images. »



Gros plan sur THOMAS


- 19 ans, vit à Mullem, étudie à Gand.
- A un temps envisagé des études de photographie, mais s’est finalement orienté vers des études de professeur de géographie et de sciences naturelles.
- S'intéresse plus sérieusement à la photographie nature et paysage depuis 2 ans
- Publie des photos et des vidéos sur Instagram (@thocra_)

Thomas


THOMAS - Instagram

Ces photographes nous ont également laissé regarder à travers leur objectif

Vous désirez en savoir plus ?


Vous retrouverez toutes les informations techniques à propos des appareils, des objectifs ainsi que l’ensemble des fonctionnalités des modèles Z6 et Z7 sur le site internet de Nikon.