Présenté par Nikon   -   Home

Découvrez les trucs et astuces de ce photographe de voyage chevronné

"Un photographe patiente longtemps. Le reste peut attendre"

David De Vleeschauwer (44ans), photographe de voyage, est toujours par monts et par vaux. Il est on the road neuf mois par an et a réalisé des reportages dans près de cent pays. David a emmené le Nikon Z7 hybride plein format à Copenhague, en Corée du Nord et en Namibie.

Faire le tour du monde tel un Tintin 2.0 et rapporter des clichés de villes tendance, de personnes passionnantes et de paysages fantastiques que même les voyageurs les plus chanceux vous envient : beaucoup en rêvent. David De Vleeschauwer (44 ans) a fait de ce rêve son métier. « Étudiant, j’ai beaucoup voyagé, toujours avec mon appareil photo. C’est comme ça que je me suis lancé dans le métier. J’aime toujours ce que je fais, mais c’est parfois fatigant. À la longue, toutes ces impressions peuvent peser. Une dinde de Noël tous les jours finirait aussi par lasser. Non ? (rires) Et pendant que je suis dans l’avion, mes échéances ne sont pas suspendues. Il faut faire preuve d’un bon esprit d’organisation. » La question du jour : le Nikon Z7 peut-il encore surprendre ce photographe de voyage chevronné ?



Des photos qui peuvent être sexy

David fait des reportages de voyage et des essais photographiques pour De Morgen et une sélection de titres internationaux renommés tels que Condé Nast Traveller, Telegraph Luxury, Bloomberg et Wall Street Journal. Il a également publié le livre « Remote Places To Stay » avec Debbie Pappyn. Je ne suis pas un photographe Magnum, explique-t- dans la vidéo ci-dessus. Que veut-il dire par là ? « Que j’ajuste parfois un peu la réalité, que je la rends un peu plus belle. La photographie de voyage se veut une promotion pour une destination. Le but n’est pas de montrer des choses moches. Aujourd’hui, je dois aller à Anvers pour Monocle. Eh bien, je sais où je peux photographier de beaux coins et j’opte pour des gens qui ont une belle histoire à raconter. Et si c’est nécessaire, je demanderai au chef d’un restaurant de dresser à nouveau une table. Ça peut être un peu sexy. Les photos ne doivent pas non plus parler d’elles-mêmes. Elles font partie de tout un reportage. »

Prendre une bonne photo ? Cela peut s’apprendre, selon David. « Il faut apprendre à regarder partout. Et ne pas être trop vite content. Lorsque je fais un grand reportage dans un restaurant, j’y suis parfois toute une journée : l’intérieur, une table joliment dressée, quelques plats, des portraits... Je reviens d’un reportage en safari. Les touristes voient un lion, prennent quelques photos et veulent directement continuer, à la recherche d’une girafe ou d’un troupeau de zèbres. Un photographe patiente longtemps et essaie de faire les plus belles photos possible, étape par étape. Le reste peut attendre. »

filler image

De la magie avec des objectifs

Un environnement désordonné, une mauvaise lumière, des personnes stressées... David ne sait jamais à l’avance où il va atterrir. « Il faut résoudre les soucis sur place. Heureusement, on peut un peu diriger les gens. Il faut les mettre à l’aise, essayer de tisser un lien. Il n’y a pas de recette secrète. Je m’intéresse sincèrement aux gens que je rencontre et je leur demande ce qu’ils font. Dans le meilleur des cas, ils éprouvent autant de plaisir que moi lors de la séance. Parfois, on a 15 minutes et deux heures plus tard, on est encore occupé. Je comprends tous ces horaires chargés, mais je demande aussi assez de temps pour prendre une bonne photo. Le respect doit venir des deux côtés. »

Paysages, architecture, reportage, gastronomie, portraits : les photographes de voyage sont polyvalents. L’impact sur leur sac de matériel est lourd... Littéralement. « J’ai toujours mon Nikon D850 et quelques boîtiers de rechange avec moi, et environ huit objectifs : des objectifs zoom f/2.8, dont le 24-70mm, des objectifs à focale fixe f/1.4, un macro f/2.8, un tilt-shift 24mm f/3.5 pour l’architecture et un tilt-shift 85mm f/2.8 pour les photos culinaires. Je prends généralement des photos avec mes zooms, mais souvent je place un objectif 50mm, 58mm ou 85mm f/1.4 entre les deux, ce qui me permet de photographier des détails ou des portraits très rapidement. Le bokeh (N.D.L.R. flou) de ces objectifs est très beau et la mise au point fixe oblige à regarder son sujet d’une manière différente. »

L’avis de David sur le Z7

  • « J’ai essayé le Z7 notamment en Namibie et en Corée du Nord, en combinaison avec deux objectifs Z : le Nikkor Z 24-70mm f/2.8 S et le Nikkor Z 35mm f/1.8 S. L’appareil et les objectifs sont légers et compacts - ce qui est important si on emporte beaucoup de matériel, comme moi. »
  • « La façon dont je travaille et la qualité de l’image sont ce que j’attends toujours de Nikon : la perfection. Il semble que la qualité reste très bonne même à des valeurs ISO plus élevées tout comme dans de mauvaises conditions de luminosité, mais je dois encore faire des tests. Je suis un peu réfractaire à ce sujet. Je suis déjà mal à l’aise lorsque je règle mon ISO sur 1600. » (rires)
  • « Autre point sympa : on peut aussi y fixer ses vieux objectifs. »
  • « J’ai photographié beaucoup de paysages en Afrique avec le Z7. Ces 45 mégapixels sont alors bien utiles. »
  • « La discrétion de l’obturateur silencieux est super intéressante. J’éteins toujours le bip sonore indiquant que la mise au point est faite, mais avec le Z7, on peut aussi supprimer le bruit de cliquetis de l’obturateur. Les gens autour de vous voient juste quelqu’un regarder à travers un viseur, mais ils ne savent pas quand vous appuyez. »
  • « Le mode focus peaking est également un atout : le viseur indique sur quel point la mise au point se fait. C’est pratique si vous utilisez des objectifs tilt-shift, parce qu’ils sont toujours manuels. »
  • « Je ne vois pas beaucoup d’inconvénients. On s’habitue rapidement au viseur électronique, je crois. Un reflex est prêt une fraction de seconde plus rapide lorsqu’on l’allume. »

filler image

Reflex ou hybride ?


« Le Z7 est une bonne acquisition, que je combine avec mon appareil reflex.
Un mélange des deux, donc. »

Instantané de David


- 44 ans
- A étudié le développement produit à la Design Academy Eindhoven
- Voyage souvent avec sa partenaire, la journaliste de voyage Debbie Pappyn
- Destination préférée ? « L’Europe. La Belgique n’est qu’à quelques heures de vol du Spitzberg et de la Grèce. Il y a tellement d’endroits magnifiques en Europe et ils sont aussi facilement accessibles. »

filler image


DAVID - Instagram

Ces photographes nous ont également laissé regarder à travers leur objectif

10 atouts...


Tous les photographes dont il est question dans cet article ont créé leurs photos avec les nouveaux appareils hybrides (sans miroir) de la gamme Z de Nikon. Vous trouverez ci-après une liste des 10 atouts les plus importants de cette nouvelle gamme innovante.

Vous désirez en savoir plus ?


Vous retrouverez toutes les informations techniques à propos des appareils, des objectifs ainsi que l’ensemble des fonctionnalités des modèles Z6 et Z7 sur le site internet de Nikon.