Présenté par Nikon   -   Home

Dans les coulisses des concerts avec le photographe portraitiste Damon De Backer

"Un bon portrait reflète un moment d’authenticité "

Après avoir immortalisé les plus grands noms de la scène internationale à l’Ancienne Belgique, les portraits et reportages de Damon De Backer (23 ans) font aujourd’hui fureur dans le quotidien De Morgen. Après 5 ans d’usage intensif, son Nikon D810 est en bout de course. Aujourd’hui, il teste le nouveau Nikon Z7 hybride plein format.

Damon est encore jeune, mais il cartonne déjà. Durant ses études de photographie, il prenait déjà des clichés pour l’AB, la célèbre salle de concerts. Son travail de fin d’études a d’ailleurs été consacré à une série de portraits de jeunes musiciens mais aussi d’acteurs. « Après, j’ai commencé un Master complémentaire, mais cela ne m’a pas plu, avoue-t-il. C’est alors que De Morgen m’a fait une proposition. J’ai accepté et j’ai entamé mes débuts de free-lance. » Damon réalise surtout des portraits pour le journal. Dans ce cadre, il a testé successivement ces derniers mois les Nikon Z6 et Z7.

filler image

De ZZ Top à The Killers

Si Damon De Backer doit son amour de la musique à ses parents, la passion de la photographie, il ne la doit qu’à lui-même. « Mon père m’a emmené à un concert de ZZ Top, raconte-t-il. J’y ai fait une photo avec mon petit appareil et j’ai pensé : ‘ça a l’air chouette’. Quelques années plus tard, l’AB m’a donné ma chance, un rêve devenu réalité. La première année, je faisais des photos de concerts trois ou quatre fois par semaine. Ça m’a permis de gagner la confiance des musiciens. La deuxième année, j’ai pu faire des portraits de chanteurs comme Brandon Flowers de The Killers. Les musiciens ont généralement peu de temps et aucune envie de faire des photos. J’ai donc privilégié une approche directe : devant un mur blanc, avec flash et rien de plus. »

Pour son travail de fin d’études, Damon a réalisé des portraits épurés. Devant son objectif, de jeunes artistes sur le point de percer, dont Tamino et Lynn Van Royen. « Je procédais lentement et soigneusement, attentif à chaque détail. Je cherchais les bons endroits pendant des heures. Les films sont à cet égard une source d’inspiration : la façon dont un réalisateur comme Wes Anderson utilise les couleurs me passionne. Aujourd’hui, j’aime travailler avec la lumière naturelle en intérieur aussi : la lumière tombe en oblique dans l’espace et crée des ombres captivantes, qui m’ont permis de faire de jolies photos de Thurston Moore de Sonic Youth dans un café bruxellois, par exemple. »

Avec le Nikon Z7, Damon a, entre autres, réalisé pour De Morgen des portraits de jeunes passionnés de mode portant des vêtements de seconde main. « C’était très intéressant car je devais réaliser une série cohérente malgré les différents endroits et conditions météorologiques, note le jeune photographe. Mais j’ai eu de la chance : le ciel était généralement d’un gris laiteux, classique. (Rires) Il a fallu chercher un peu dans les rues de Belgique des endroits aux lignes simples et aux couleurs faisant joliment ressortir le sujet. Se balader toute la journée avec un hybride était beaucoup moins douloureux pour mon épaule. L’appareil m’a tout de suite semblé familier et grâce aux points de focalisation, je pouvais rapidement mettre au point et photographier comme je le voulais. »

Un moment d’authenticité

Beaucoup de gens ne se trouvent pas photogéniques. Selon Damon, ils font erreur. « Il faut parfois un peu plus de temps pour une personne que pour une autre, admet-il, mais on peut faire une bonne photo de tout le monde. Il incombe au photographe de chercher quelque chose de beau, d’intime. Ça peut être un sentiment de bonheur, de tristesse, de mélancolie… Pour le découvrir, il faut une confiance mutuelle, qui passe notamment par un entretien préalable. Je veux savoir qui est la personne, ce qu’elle fait dans la vie, comment elle se sent. Après, seulement, je peux me mettre au travail. »

Damon photographie des visages célèbres mais aussi des inconnus. « Les premiers ont l’habitude d’être pris en photo. Ils ont à propos d’eux-mêmes une nonchalance qui peut être intéressante. Les gens qui ne sont pas souvent photographiés demandent quelle pose ils doivent prendre, comment regarder, que faire de leurs mains. Je les laisse d’abord essayer eux-mêmes et je rectifie parfois un peu, avec la lumière en guise de fil conducteur. Cela doit sembler naturel pour la personne. On peut poser, certes, mais en fin de compte, je veux immortaliser un moment d’authenticité. Parfois, il faut un peu de chance aussi. Il y a toujours un élément qui fera une vraie bonne photo. Tout dépend de la magie du moment. Si je sens que les pièces du puzzle se mettent en place, c’est gagné. »

filler image

filler image

L’avis de Damon sur les Nikon Z6 et Z7

Beaucoup de photographes sont des « gear freaks », des fans de matériel. Ce n’est pas le cas de Damon. « Je n’ai jamais grand-chose sur moi. Généralement, mon Nikon D810, un zoom 24-70 mm f/2.8, un flash et un réflecteur. Je veux avant tout des images très nettes, avec beaucoup de profondeur et de jolies couleurs, pas plus. » À cet égard, le Z6 et le Z7 sont de bons choix. Qu’en dit-il ?

  • « Le Z7 a plus de pixels, le Z6 va plus haut en valeur ISO. Je les ai associés à l’objectif Z 24-70 mm f/4 et le 50 mm f/1.8. La netteté est impeccable et la qualité d’image extra. »
  • « Même sans retouche, les couleurs sont fantastiques, très naturelles et sans déformation. »
  • « Les points de focalisation sont répartis sur la totalité du champ d’image ou presque, idéal pour les portraits : on cadre l’image, on choisit le point de focalisation avec les flèches et on appuie sur le déclencheur. Mon reflex traditionnel a moins de points de focalisation et ils sont concentrés au centre de l’image, ce qui m’oblige à recadrer plus souvent. »
  • « L’appareil est compact et léger, ce qui soulage mon épaule ? si je le porte toute une journée. »
  • « Dans le viseur numérique, on voit l’image comme elle sera. Avant je pensais : c’est pour les photographes paresseux sans aucun amour-propre. Aujourd’hui je pense : oublions toute dignité, tant que le résultat est bon. » (Rires)

filler image

Appareil photo reflex ou hybride ?

Damon est-il prêt à troquer son ancien reflex à miroir contre un Z sans miroir ? « Je pense, oui. Quand on se balade depuis quelques semaines avec un Z7, on se rend compte du poids d’un reflex. J’ai déjà un chouette appareil compact, mais pas plein format. Le Z comble brillamment cette lacune. Ma colocataire l’a remarqué aussi quand je suis rentré de mon premier reportage Z : ‘Ben dis donc tu as l’air vachement content’, a-t-elle dit. »

Le portrait de Damon


• Il a acheté son premier Nikon avec l’argent reçu pour sa communion.
• Il a fait ses études de photographie à Bruxelles, au campus Narafi de la LUCA School of Arts.
• Il est photographe free-lance pour De Morgen.

filler image


DAMON - Instagram

Ces photographes nous ont également laissé regarder à travers leur objectif

10 atouts...


Tous les photographes dont il est question dans cet article ont créé leurs photos avec les nouveaux appareils hybrides (sans miroir) de la gamme Z de Nikon. Vous trouverez ci-après une liste des 10 atouts les plus importants de cette nouvelle gamme innovante.

Vous désirez en savoir plus ?


Vous retrouverez toutes les informations techniques à propos des appareils, des objectifs ainsi que l’ensemble des fonctionnalités des modèles Z6 et Z7 sur le site internet de Nikon.