Notre équipe-type des clauses les plus délirantes

Regardez

 

logo

logo

Hugo Lloris

Il touche une prime de 3500 livres sterling en cas de défaite

Comme dans beaucoup de contrats, des primes sont prévues pour le gardien de l’équipe de France dans son club londonien de Tottenham. À chaque victoire, Hugo Lloris touche 7 000 livres, soit plus de 8 000 euros. Mais si Tottenham perd, il touche quand même une prime : 3 500 livres (environ 4 000 euros). De quoi atténuer la déception.

lloris

Close

Thiago Silva

Le Paris Saint-Germain paye ses impôts italiens et compense la pingrerie de son sponsor Nike

Quand il décide de faire signer une star, le Paris Saint-Germain est prêt à tous les sacrifices. Pour le défenseur brésilien Thiago Silva, arrivé en 2012 en provenance du Milan AC, le PSG accompagne le versement d’un juteux salaire (8 millions d’euros annuels – et si la fiscalité change, le contrat stipule que ce salaire net ne doit pas bouger) de généreux à-côtés : une allocation logement de 12 000 euros net, huit allers-retours Paris-Rio en classe affaires pour le joueur et sa famille ; cinq places VIP « Club Étoile » pour chaque match joué au Parc des Princes ; 400 000 euros net de prime en cas de titre de champion de France ; 300 000 euros pour une qualification en Ligue des champions ; 250 000 euros pour une victoire en Coupe de France ; 1 million en cas de victoire en Ligue des champions ; 350 000 euros s’il participe à 60 % des matchs officiels de l’équipe ; 33 333 euros en cas de respect des règles éthiques : pas de commentaires négatifs sur le club ni sur les choix tactiques de l’entraîneur, être gentil et disponible envers les supporteurs, bien se comporter sur le terrain avec partenaires, adversaires et arbitre, pas de paris sportifs.

Dans le cas précis de Thiago Silva, Paris se résout par ailleurs à payer les impôts que le Brésilien doit honorer en Italie, soit près de 2,5 millions d’euros. Le club s’est aussi engagé sur un salaire net d’impôts. Or, le montant des impôts du joueur est plus élevé que prévu en 2012, en raison d’une double imposition (française et italienne) non anticipée par le club. Le PSG prête donc 355 000 euros au joueur pour qu’il règle ce complément d’impôt. Charge à Thiago Silva de rembourser si sa réclamation aboutit et qu’il obtient gain de cause.

Le PSG compense également financièrement un manque à gagner lié au sponsor Nike : la marque américaine ne rémunère pas de la même façon les joueurs appartenant à de très grands clubs, comme le Milan AC (catégorie A) et les joueurs de clubs plus moyens (catégorie B), comme le PSG. Le différentiel est de l’ordre de 140 000 dollars.

Son agent n’est pas trop à plaindre non plus : quand Thiago Silva décide de prolonger son contrat, Paulo Tonietto touche une commission de 2 millions d’euros, en plus des 3,5 millions d’euros qu’il avait touchés en 2012 lors de la signature du contrat.

thiago

Close

Matija Nastasić

Il doit prouver médicalement qu’il ne peut pas porter de chaussures Adidas

Le défenseur serbe de Schalke 04, en Allemagne, n’a le droit de porter que des chaussures Adidas selon le contrat qu’il a signé en 2015. Néanmoins, « si le joueur prouve à Schalke 04 qu’il ne peut pas porter d’Adidas pour des raisons médicales, il est autorisé à porter des chaussures d’autres marques ».

nastasic

Close

Thomas Vermaelen

S'il veut s'intégrer, il doit apprendre la langue catalane

Prêté cette saison à l’AS Rome, le Belge Thomas Vermaelen a porté de 2014 à 2016 le maillot du FC Barcelone. Dans son contrat, il est spécifié qu’il « doit faire le maximum d’efforts pour s’intégrer à la société catalane, en respectant ses valeurs, et en s’engageant à apprendre la langue catalane, véhicule fondamental de l’intégration ». Une autre clause du contrat de ce défenseur central est encore plus étrange : chaque année, il recevait 100 000 euros « en compensation du droit donné au staff technique de le faire jouer à n’importe quelle position sur le terrain, de le convoquer ou non pour des matchs officiels ou amicaux et de l’utiliser ou non à toute fin sportive utile ».

vermaelen

Close

Rafael van der Vaart

Les chaussures de couleur rouge lui sont prohibées

Le milieu de terrain hollandais Rafael van der Vaart a été transféré en juin 2015 du Hambourg SV au Betis Séville. Dans son contrat, il est précisé qu’il peut porter les chaussures de sport de son choix « tant qu’elles ne portent pas de traces de la couleur rouge » –, le rouge étant la couleur du FC Séville, le rival local du Betis.

Van der Vaart est aussi contraint de financer les joueurs retraités du club. La clause numéro 6 du contrat prévoit que le joueur fera « volontairement » un don équivalant à 1 % de ses revenus à l’association des anciens joueurs du club.

vandervaart

Close

Xin Xu

L’inconnu chinois qui valait quatre millions

Comment ça, ça ne vous dit rien, Xin Xu ? Ce joueur chinois de 22 ans a pourtant été vendu 4,3 millions d’euros en janvier 2016. C’est le club de Guangzhou Evergrande Taobao FC qui a choisi de se payer le joueur qui évoluait dans l’équipe B de l’Atlético de Madrid, où sa valeur était estimée par le site Transfermarkt à 150 000 euros. Le joueur compte quand même trois sélections parmi les moins de 23 ans chinois.

xin xu

Close

Lucas Silva

Pour l'acheter au Real Madrid, c'est 500 millions d'euros

Ce joueur bréslien n’a jamais été une grande star du Real Madrid. Une malformation cardiaque, détectée à l’été 2016, risque par ailleurs de compromettre sa carrière. Dans son contrat – où il n’était payé que 6 500 euros par mois, mais disposait de bonus de plus d’un ou deux millions d’euros selon les années –, le Real a pourtant fixé sa clause de départ à... 500 millions d’euros !

LUCAS SILVA

Quand il est prêté, en août 2015, à l’Olympique de Marseille, la clause d’achat exclusive est fixée à 60 millions. Déjà un peu plus réaliste. À son arrivée sur le Vieux-Port, Lucas négocie que Marseille participe à hauteur de 15 000 euros pour financer son coach personnel, qu’on lui offre une Audi Q7, la même que celle dont il aurait bénéficié à Madrid, une maison à 7 000 euros par mois et des cours de français à sa famille.

LUCAS SILVA

Close

Ezequiel Lavezzi

Le jackpot au Hebei China Fortune

Jouer en Chine est une expérience très enrichissante. Au début de l’année 2016, Ezequiel Lavezzi a donc quitté le Paris Saint-Germain pour rejoindre le Hebei China Fortune, qui porte bien son nom. À l’époque, le montant évoqué pour le salaire de Lavezzi variait entre 8 et 15 millions d’euros, ce qui était déjà qualifié de « colossal ». En réalité, « Pocho » gagne 56,7 millions de dollars sur vingt-trois mois, soit 2,5 millions de dollars par mois. Ce qui en fait l’un des cinq joueurs les mieux payés au monde.

Certains joueurs ayant eu du mal à se faire payer en Chine, Lavezzi a pris ses précautions. Il est prévu dans son contrat que le versement de 26,7 millions de dollars précède de quelques jours et conditionne son arrivée en Chine, prévue le 19 février 2016. S’il n’a pas reçu l’argent le 10 mars, il est prévu qu’il touche 20 millions de dollars. Si le 17 mars, rien n’a été payé, le joueur peut rompre le contrat et exiger les vingt millions de dollars en compensation. Lavezzi reçoit l’argent sur un compte au Luxembourg. Petits à-côtés : « Pocho » bénéficie d’un appartement et d’une maison meublés, deux voitures, un chauffeur, un cuisinier et, bien entendu, un traducteur, pour être certain de ne pas se tromper dans les montants évoqués.

lavezzi

Close

Sergio Agüero

Quand il marque pour City, l’Atlético touche de l’argent

Difficile pour l’Atlético de Madrid de renoncer à Sergio Agüero, buteur de top niveau. Cependant, le club madrilène a encore des raisons de se réjouir quand son ancien goleador inscrit des buts dans le championnat anglais. Grâce à une subtile clause introduite dans le contrat à Manchester, l’Atlético touche 250 000 euros du club anglais à chaque tranche de quinze buts inscrits par « Kun ».

aguero

Close

Mario Balotelli

Le million de livres s'il ne crache pas sur un adversaire

Avant de revivre à l’OGC Nice, Mario Balotelli a tenté de relancer sa carrière à Liverpool en y signant en août 2014. Les Reds ont investi gros : 85 000 livres de salaire par semaine, 150 000 euros de bonus tous les cinq matchs joués, 5 000 livres par but inscrit et 500 000 euros s’il finit meilleur buteur du championnat.

De plus, il est précisé que si l’attaquant italien se conduit de manière convenable et que son comportement correspond à ce qui est raisonnablement attendu d'un joueur de Liverpool, il touchera un million de livres à la fin de la saison. Ce qui signifie ? « S’il n’est pas expulsé plus de trois fois pour des comportements violents, pour avoir craché sur un joueur ou sur toute autre personne, ou en utilisant un langage ou des gestes offensants et abusifs », il recevra un million de livres.

Une clause négociée par son agent Mino Raiola ? En seize matchs pour Liverpool entre 2014 et 2015, Balotelli n’aura finalement inscrit qu’un seul but.

balotelli

Close

Neymar

50 000 dollars de Panini pour signer des autographes

Neymar fait partie des joueurs qui ont signé des contrats spécifiques avec Panini, qui commercialise les vignettes autocollantes du même nom. La star brésilienne a signé un contrat avec Panini America, une société texane. Il est convenu que Neymar livre six cents autographes – les signatures étant faites sur les vignettes – pour la somme de 50 000 dollars. Soit 83 dollars par signature. Le Portugais Cristiano Ronaldo a obtenu le même tarif. Mais pas l’Espagnol Xavi, qui s’est plaint auprès de la célèbre marque italienne d’être plafonné à 40 000 dollars. Il pourra se rassurer en se disant que ce business dure longtemps : Panini a également commercialisé un album avec de vieilles légendes. Ce qui a par exemple permis au Danois Michael Laudrup de toucher 12 000 euros. Pas si mal.

neymar

Close

Larry Kayode

S'il est ivre à l'entraînement, son salaire baisse de 30%

Le club autrichien de l’Austria Vienne tient à une discipline très stricte. Dans le contrat de l’attaquant nigérian Larry Kayode, on peut lire : « Les joueurs ont le droit de sortir les soirs de match et le jour suivant, sans limitation. Quand le match a lieu en semaine, on ne peut rentrer le soir du match après 3 heures du matin. […] Fumer est interdit mais seulement lors d’événements publics communs à l’équipe, et dans le bus. »

À chaque fois, une amende est prévue. Quitter le banc des remplaçants sans autorisation avant la fin du match ? 1 000 euros. Utiliser son téléphone dans le bus ? 100 euros. Un carton jaune pour mauvais comportement ? 500 euros. Un retard à l’entraînement ? 500 euros – et 100 euros de plus toutes les cinq minutes une fois le retard constaté (et 1 000 si le joueur rate la séance sans mot d’excuse). Être ivre en public ? 30 % de salaire en moins. Se présenter ivre à l’entraînement ? Même tarif. Porter ses chaussures dans la salle de soins ? 100 euros. Et deux fois plus si le joueur est un récidiviste. À l’Austria, on file droit.

kayode

Close

Roberto Firmino

Arsenal ne peut pas l’acheter pour 98 millions d’euros, ni pour aucun montant supérieur à 98 millions, d’ailleurs

Quand il signe son contrat avec Liverpool le 1er juillet 2015, le milieu offensif brésilien Roberto Firmino se voit imposer une clause libératoire de 98 millions d’euros, ce qui peut paraître beaucoup. Mais ce n’est pas encore assez pour tenir à distance le rival Arsenal. 98 millions donc, « si le club intéressé n’est pas Arsenal ».

firmino

Close

Ali Adnan Kadhim al-Tameemi

Mission : convaincre ses partenaires de rester au club

Ali Adnan Kadhim al-Tameemi ne doit pas convaincre les autres joueurs de quitter le club. Quand cet arrière gauche irakien quitte le Baghdad FC pour le club turc de Rizespor, ses nouveaux patrons, un poil paranoïaques, lui font signer une clause : le joueur ne « devra pas convaincre ses partenaires de quitter leur emploi, ou les persuader de changer de club en officiant comme leur agent ».

al tameem

Close

Daniel Agger

Que le club assure la publicité de sa société d'eaux usées

À l’été 2014, alors qu’il est encore capitaine de l’équipe nationale du Danemark, le défenseur Daniel Agger quitte Liverpool et rejoint le Brøndby IF pour la somme de 3 millions d’euros. La formation danoise parle d’un « accord historique », estimant qu'Agger est le meilleur joueur jamais acheté dans le championnat danois.

Un an plus tôt, alors qu’il jouait encore à Liverpool, il avait lancé une entreprise d’assainissement des eaux usées dans sa ville de Hvidovre, avec son frère et un ami. Le nom de la compagnie ? « Kloagger », qui mixe le nom d’Agger et le mot danois « kloak », qui signifie égout. En plus de son salaire déjà très avantageux, Agger négocie dans son contrat un panneau publicitaire pour son entreprise à chaque match à domicile de Brøndby. Le nom de la société est illuminé sur 215 mètres pendant 27 secondes, huit fois par match.

agger

Close

Thibaut Courtois

Six millions pour jouer contre son propre club ?

Pour la saison 2013-2014, le gardien de l’équipe nationale belge est prêté par le Chelsea FC à l’Atlético Madrid. Il est précisé que si les deux équipes s’affrontent en coupe d’Europe, Courtois ne pourra pas jouer contre Chelsea, sauf si Madrid paye le club londonien avant le match : 500 000 euros pour un match de poules, 2 millions pour un quart de finale, 3 millions pour une demi-finale, 4 millions pour la finale.

Le hasard s’en mêle : les deux équipes doivent s’affronter en demi-finales. L’Atlético va-t-il payer deux fois 3 millions pour aligner son meilleur gardien ? Quelques jours avant le match, l’UEFA vient à son secours et déclare une telle clause « nulle et inapplicable ». Chelsea s’incline. Juridiquement. Et sur le terrain. Après le match retour, l’entraîneur de Chelsea expliquera que Courtois est « largement responsable » du résultat grâce, notamment, à un « arrêt impossible ».

courtois

Close

Fabio Capello

Il se fait payer 50 000 dollars pour un match de charité

Pendant l’été 2013, Lionel Messi organise des matchs de charité sur le continent américain, notamment à Los Angeles. Des joueurs du monde entier se déplacent pour jouer un match « Les amis de Messi contre le reste du monde » : Neymar, Edinson Cavani, Ezequiel Lavezzi, Marco Materazzi, Florent Malouda… Mais aussi Fabio Capello, ancien entraîneur du Milan AC, du Real Madrid, de la Juventus de Turin, ancien sélectionneur de l’Angleterre et de la Russie.

Capello ne se déplace cependant pas pour la bonne cause. Il obtient 75 000 dollars pour un effort limité : s’asseoir sur un banc pendant trois matchs. Qui peut croire qu’il y a vraiment besoin d’un coach pour ce type de rencontre ? Au bout du compte, un des trois matchs est annulé et l’Italien consent à ne toucher « que » 50 000 dollars, versés sur un de ses comptes en Russie, plus le voyage en business class pour lui et un invité, ainsi que des chambres dans un hôtel cinq étoiles.

Ces conditions n’ont visiblement pas suffi à mettre Capello de bonne humeur : il a ainsi refusé lors du premier match que les frères de Lionel Messi, Matias et Rodrigo, s’assoient à côté de lui sur le banc, mettant en furie du Ballon d’or argentin.

De tels arrangements ont-ils été proposés aux autres joueurs invités ? Et de l’argent a-t-il vraiment servi à des œuvres de charité ? Une enquête a été ouverte par la justice espagnole qui soupçonnait un blanchiment d’argent du trafic de drogue via la billetterie. Mais elle n’a pas abouti. L’affaire Capello pourrait la relancer.

capello

Close